Rhubarbe exubérante

La rhubarbe plante de potager

Vous cherchez le meilleur rapport temps passé et résultat ? Voter pour la rhubarbe ! Pour les non jardiniers ou pour les jardiniers occasionnels, la rhubarbe est une bénédiction car, ne demandant aucun soin, en mi ombre et terre fraiche, cette belle rustique vivace se développe chaque année abondamment.

Ces feuilles géantes peuvent atteindre jusqu’à deux mètres d’envergure. Elles sont soutenues par leurs tiges ou pétioles rouge écarlate tirant sur le vert, et constituent un ensemble décoratif particulièrement beau en juin.

Continuer la lecture de « Rhubarbe exubérante »

Bonnes carottes, bonne année!

dessin carottes

Les carottes donnent bonne mine et bonne humeur, alors pourquoi ne pas commencer l’année avec elles ? D’ailleurs savez-vous qu’elles sont leur origine ? La carotte nous arrivée de l’est comme beaucoup de nos légumes, ses ancêtres ont été retrouvés en Eurasie et plus précisément en Afghanistan. Peu charnue comme son cousin, le panais toujours très populaire en Grande-Bretagne, la carotte se présentait de toutes les couleurs: de violet à rose, de jaune à orangé ou même blanche. Mais ce n’est qu’a la fin du XVIII ème siècle, en croisant les blanches et les rouges, qu’on obtint bizarrement sa couleur orange et non pas rose. Oui mais, comment reconnaitre à son feuillage extérieur sa couleur souterraine ? Une seule solution, arracher la racine pour l’identifier ! En effet la carotte est une racine, dite pivot, car unique, droite et fuselée. Si on ne la récoltait  pas dès la première année, comme toutes les bisannuelles on la verrait fleurir et offrir de magnifiques ombelles blanches puis des graines. Comme on la voit à l’état sauvage sur nos talus, à ne surtout pas confondre avec la cigüe à la sinistre réputation. Continuer la lecture de « Bonnes carottes, bonne année! »

Bonjour le printemps, bonjour les radis

dessin de radis roses

Quand les beaux jours reviennent, on adore leur bouille ronde et rose. Car en cette période de transition entre les légumes de garde d’hiver et les premières pousses de plein air, ils se dégustent avec autant de plaisir que le printemps lui-même. Saviez-vous que le radis n’appartient pas à la famille des légumes-racines ?  Connus depuis l’Antiquité, ils font partie des brassicacées comme la moutarde, la roquette, le cresson et le chou. On en retrouve la trace dans les écrits d’Olivier de Serres, considéré comme le père de l’agronomie française, bien qu’au XVIe siècle, le terme d’ »agronomie » était désigné sous le nom de « mesnager des champs ». Il invitait les jardiniers à « semer toutes les lunes (28 jours) pendant six mois… pour avoir… tous les jours des raiforts nouveaux et tendres ». L’agronome fait probablement référence à la culture des radis dits de « de tous les mois ». Cependant, on a plus de chance de réussir son semis si l’on attend le mois d’avril, ou mieux encore début mai. Continuer la lecture de « Bonjour le printemps, bonjour les radis »

L’Ail pour les ours mais pas que

C’est féérique comme de la neige…mais ce tapis de fleurs blanches est éphémère car l’ail des ours ne sera visible que de mars à mai environ, ce bref moment où le soleil de printemps atteint le sol et disparait ensuite sous terre pour se concentrer dans son bulbe. Cette plante sauvage s’acclimate très bien dans les terrains frais et ombragés. Elle apprécie la terre bien drainée, légère et riche en humus et résiste au froid, .Elle se multiplie très rapidement. D’une part, les bulbes forment des bulbilles comme toutes les alliacées et d’autre part, ses inflorescences, constituées d’une trentaine de petites étoiles blanches portant autant de graines, sont disséminées par les fourmis notamment.
Continuer la lecture de « L’Ail pour les ours mais pas que »

Barbes du Capucin

Dessin d'endives en cave

C’est grâce à l’étourderie de Monsieur Bréziers, jardinier en chef de la société d’horticulture de Bruxelles vers 1850, que l’endive fut créée. En effet quand il découvrit ses chicorées qui ressemblaient à l’origine à de gros pissenlits, oubliées au fond de sa cave, il ne les reconnut pas : leurs feuilles avaient blanchi et s’étaient allongées, leur gout avait presque perdu leur amertume. Et tout le monde en raffola. Continuer la lecture de « Barbes du Capucin »

La figue faux fruit, vraie fleur

la figue faux fruit vraie fleur

Est-ce parce que le figuier était considéré comme un arbre divin dans le bassin méditerranéen que Louis XIV en était fou ? Il en fit planter 700 dans des caisses qu’ils rentraient l’hiver venu, comme les orangers. C’est pour eux que Mansart dessina la Figuerie au Potager du Roi. Le pavillon encore appelé sous ce nom-là abrite actuellement les grandes salles d’exposition de l’école du Paysage. Il existe environ 750 variétés de figues, lit-on, mais à en croire Monsieur Montserrat Pons, on en compterait 2834. On peut déjà admirer ses 1308 arbres dans son domaine sur l’ile de Majorque aux Baléares. Grand bienfaiteur de la figue, il a passé sa vie à les sauver de l’oubli dans son conservatoire, en les glanant dans le monde entier.

Continuer la lecture de « La figue faux fruit, vraie fleur »

Le roi, les princes et le petit pois

dessin petit pois

Saviez-vous qu’avant d’être petit, le pois a permis aux hommes et aux bêtes,  et ce, depuis le néolithique, de survivre aux hivers les plus rudes? En effet facile à produire  et bien conservé au sec, il constitue la meilleure denrée pour affronter les périodes de disettes. Comme toutes les fabacées et à l’instar des lentilles ou des fèves, son pouvoir nutritif surpasse la viande carnée. Son destin changea quand en 1660, un cuisinier audacieux nommé Audigier l’offrit, encore vert, et en plein mois de janvier, au roi Soleil. Et comme c’était la mode en Italie, on en raffola. Continuer la lecture de « Le roi, les princes et le petit pois »